edito

La recherche de transfert

Le SIRIC de Lyon, intitulé LYric, a débuté ses activités, sous les auspices de l’INCA, en 2012.

LYric structure et organise les efforts des chercheurs fondamentaux, les chercheurs de transfert et les cliniciens de Lyon impliqués dans la lutte contre le cancer autour de centres hospitaliers d’excellence (Centre Léon Bérard et HCL) pour une meilleure prise en charge du patient. Ensemble, ils permettront aux patients d’accéder à de nouveaux médicaments et de nouvelles technologies, une meilleure utilisation des médicaments et des technologies existants, et de mieux comprendre les mécanismes de la progression tumorale, et de réactivation du système immunitaire.

Sur un réseau de ce type, une sélection des thèmes de travail s’est naturellement opérée.
Trois axes de travail, 1) sur la cellule tumorale, 2) l’environnement immunologique de la cellule tumorale, et 3) le traitement de la tumeur macroscopique ont été identifiés.
Ils s’appuient sur le renforcement des plateformes technologiques dans les laboratoires de recherche et en diagnostic, ainsi que de de la recherche clinique innovante, mais également sur des programmes d’éducation et de communication avec les patients et les professionnels de santé.

Ces programmes s’appuient sur les thèmes du Centre de Recherche en Cancérologie de Lyon labellisé par le CNRS (CNRS 5286), l’Inserm (U 1052) et l’Université Claude Bernard Lyon 1, mais aussi sur les autres partenaires du LYric (le CIRC, l’INRIA, et la Fondation Synergie Lyon Cancer) et sont destinés à faire passer au lit du patient les recherches développées sur ces sites. Ils ont aussi pour but d’analyser la complexité génétique, immunologique, clinique des maladies néoplasiques chez les patients traités au Centre Léon Bérard et dans les Hospices Civils de Lyon.

La démarche est donc à double sens : la recherche se met au service du patient pour comprendre, et apporter des solutions diagnostiques et thérapeutiques innovantes.

LYric structure et organise les efforts des chercheurs et des cliniciens pour une prise en charge du patient multidisciplinaire. Il a un devoir d’excellence et d’innovation. Ses programmes de recherche doivent proposer les nouveaux paradigmes de la cancérologie. Ils doivent servir les patients.

Les cinq années du LYRIC seront nécessaires, mais sans doute non suffisantes pour le plein développement de ses programmes, et là encore, il faudra être force de proposition pour apporter des solutions et assurer le développement pérenne de ce réseau d’excellence.